Monday, April 13th, 2009 | Author:

Because I was not able to apply for a burmese 1 visa in Geneva, I had to find another way. The Permanent Mission of the Union Myanmar in UNO refused my request : if I wanted a burmese visa, I needed a flight to Burma. I did not want to use a plane, because my goal is to go to Burma by land.

I got information on internet and my guide book. All were the same : it’s prohibited for foreigners to cross the border without a travel agency. It’s possible to find it in Kunming, in the south of China.

After 3 hours by plane, I have arrived again in Kunming at the evening. Kunming is capital city of Yunnan province.
The day after, in the morning, I try to find this travel agency. At the destination, a hotel (Camellia Hotel), but no travel agency. But I get an address in chinese. I just catch a taxi, and few minutes later, I come to the consult of Myanmar.

I start to feel in three forms, to apply for the visa. At the end of a form, I get the question :

Entry by plane / Entry by land

So of course, I choose the second choice. The guy at the consult checks everything, and tell me to come back 3 hours later. But he gives me also an business card, the famous travel agency !

Three hours later, I’m back to the consult. I get my passport with my burmese visa. During this time, I also tried the travel agency, but no answer. So I ask the guy at the consultat, and I do not know how, but a person answers his call. Short talk, and I take a meeting with the guy 30 minutes later.

Back near the Camellia Hotel, into a small room, where two guys were waiting for me. After a short talk, the guy explains how it works to go to Burma by land :

  • Meeting in Ruili at the border between China and Burma
  • A smuggler will be there, with a driver
  • Crossing the border with them to Lashio
  • It takes around 6 hours

It costs 1’450 RMB per person. I get from the smuggler :

  • A bill
  • A chinese number to call when I will be in Ruili

It is easy, right ?

Wait and see, in a week at the border…

Anyway, I also spent two good nights, very different than Beijing. Only a few western people live in big cities (like Kunming) in the countryside of China. Just after arrived in a bar near my hostel, the boss give us free beers. Not only girls can get drinks for free, in China, boys too. Chinese people like western people, and because there are not so much, some bars give free beers. Do not ask me why, it’s like that.

Few minutes later, the first chinese come, sometime for drinking a glass together, sometime just for talking. A good example, a chinese guy, who did not know english, wanted to see my colleague. The guy was not gay, but he said he likes him, good looking.
The music is also good. Sometime chinese techno, sometime Rammstein, sometime chinese pop. Everytime you can listen K-Maro (the old french song). Chinese are fan of K-Maro !

The second night was two german girls (not chinese, german, I promised). I met them few minutes ago in my hostel. It was the first night in Kunming, so they were surprised by everything. You can imagine how they were. Free beers from chinese guys and the music, you have to try it once in your life.

Next destination : Jinghong, 8 hours by bus from Kunming.

N’ayant pas réussi à avoir un visa pour la Birmanie 2 à Genève, auprès de la mission permanente du Myanmar auprès de l’ONU, il me fallait trouver une solution. La raison du refus était clair : il fallait un billet d’avion aller / retour pour obtenir un visa birman. Et comme le but était justement de minimiser les trajets en avion 3, j’avais pas de billet d’avion. Le but était de rentrer par voie terrestre depuis la Chine.

Je me suis donc renseigné sur internet et dans différents guides de voyage, l’information était cohérente, à un point prêt : il existe, apparemment, une agence de voyage qui propose l’entrée depuis la Chine. Cette fameuse agence de voyage se trouve à Kunming, dans le sud de la Chine.

Après un peu plus de 3 heures d’avion, je suis, de nouveau, arrivé à Kunming en soirée, capitale de la province du Yunnan. Dès le lendemain matin, direction l’agence de voyage. Arrivé sur place, un hôtel (Camellia Hotel), mais aucune agence. Après discussion sur place, j’obtiens une adresse en chinois. Je saute donc dans un taxi, et quelques minutes après, j’arrive au consultat birman.

Je commence à remplir les trois formulaires pour la demande de visa, et vient la question qui fâche :

Entrée en Birmanie : Par avion / Par voie terrestre

Fidèle à moi-même, je choisis le deuxième choix. Vérification minuculeuse de ma demande et de mon passeport par la seule personne qui parlait anglais du conslutat, il arrive à la fameuse question. Après une rapide explication, j’obtiens une carte de visite de cette fameuse agence de voyage.

Trois heures plus tard, retour au consultat pour chercher mon passeport, avec un visa birman en prime. Durant cette période, j’avais essayé de contacter le numéro de téléphone incrit sur la carte, mais en vain, c’était toujours occupé. La personne au consultat essaye à son tour, et comme par magie, quelqu’un répond. Quelques mots échangés dans un anglais approximatif, et un rendez-vous est pris dans les 30 minutes. Heureusement et chanceux, car c’est le dernier jour ouvré avant une période de 10 jours (nouvel an birman).

Retour à l’hotel Camellia, ou plutôt dans une petite cours intérieure, dans une pièce recluée, accessible seulement aux connaisseurs (le plan d’accès se trouve au dos de la carte). Là je tombe sur cette fameuse agence de voyage, ou plutôt un passeur, qui se résume en un ordinateur, photocopieur et deux gars. Le premier, un birman, qui parle anglais nous explique comment cela ça se passe. Le deuxième, chinois, fait du chat sur internet.

La procédure est la suivante :

  • Rendez-vous à Ruili, à la frontière entre la Chine et la Birmanie, mais du côté chinois à une date prédéfinie.
  • Un passeur sera présent avec un chauffeur
  • Passage de la frontière jusqu’à Lashio (la partie jusqu’au à cette ville est biensûr interdit aux étrangers), où le passeur et son chaffeur auront finis leur travail
  • Le temps nécessaire d’environ 6 heures

Tout cela coûte la modique somme de 1’450 RMB / personne. En échange, je possède :

  • Une quittance du passeur
  • Un numéro de téléphone chinois que je dois appeler le jour J

C’est simple non ?

Donc dans une semaine, rendez-vous à la frontière birman…wait & see !

A part ça, j’ai quand même passé deux bonnes soirées, très différents de Beijing (ou Shanghai). Il faut savoir que ce genre de villes éloignées, peu d’exparités y vivent, contrairement aux villes précédemment cités. Pour preuve, à peine arrivé dans un bar, situé à quelques pas de l’hôtel, qu’un responsable nous offre les bières. Oui, vous avez bien lu, il n’y a pas que les filles qui peuvent se faire offrir des boissons. Le concept est plus ou moins le même quand dans les clubs de chez nous, les occidentaux (pas les filles dans ce cas) attrirent les chinois. Me demandez-moi pas pourquoi, c’est comme cela.

Quelques instants plus tard, les premiers chinois / chinoises arrivent, soit pour essayer de discuter avec moi (y en même qui ne parlent pas anglais…), soit pour faire santé. Pour ne cité qu’un exemple, un chinois, ne parlant pas anglais, à quand même contemplé mon collègue pendant plusieurs longues minutes, pour la simple raison qu’il le trouvait très beau. Mais je rassure, ni mon collègue, ni le chinois en question, n’étaient gays.
A part cela, la musique vaut aussi le détour. On passe de la techno chinoise (ca vous rappelle quelque chose Scooter) à Rammstein (si si je vous promets, Du hast vous connaissez ?), en passant par la pop chinoise. Mais il n’y a pas une soirée sans le célébre K-Maro, dont tous les chinois sont fans !

La deuxième, s’est passé avec deux allemandes (oui  oui, vous avez bien lu, des allemandes, pas des chinoises) rencontrées quelques minutes aupravenant à l’auberge de jeunesse. Contrairment à mon collègue et moi, c’était leur première soirée dans une ville comme Kunming. Je vous laisse imaginer, elles n’en croyaient pas leurs yeux. Entre les bières offertes à chaque table et la musique, cela vaut vraiment le détour. Je ne compte pas le nombres de bières offertes que j’ai bu [je vous rassure, une bière n’a que 2 degrés d’alcool].

Prochaine destination : Jinghong, à 8 heures de bus de Kunming.

  1. Also known as Myanmar
  2. Aussi connu sous le nouveau nom de Myanmar
  3. L’avion coûte cher, et surtout la partie intéressante des voyages se trouve en dehors des villes
Category: Burma, China, World Tour
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses

  1. 1
    L 

    You are so adventurous. Do you mean “smuggler”? You make me remember a little adventure of mine when I took a fishing boat from Phu Quoc island to shihanoukville. It was amazing.
    I hope you will not disappear on that route (^_^)

    L

  2. 2
    Thal 

    Mmmmh ça craint de faire ça ou c’est juste la routine ?! Exciting en tous cas, hehe.

  3. 3
    Thao 

    wow…. it’s a good experience but adventurous for you. I wish both of you’ll be all right to across the border.

  4. 4
    nicole 

    Tu m’inquiètes….. donne vite des nouvelles. Bisou

  5. 5
    sid 

    @Loan : A smuggler is someone who can bring in or take out “illicitly” or by stealth 🙂

    @Thal : Soit on prenait un avion (dont le prix doit être plus ou la même chose) , et on loupait une bonne partie de la route de l’opium (apparemment) et la partie nord de la Birmanie, soit on prenait un passeur pour rentrer à pied en Birmanie…

    @Thao : I hope so…18th of May will arrive soon, and I have to be on time. I will have to talk with my colleague soon I thinlk, we are late if I compare with the planning. Maybe only 1 week in Laos…

    @Nicole : ca devrait jouer, à mon avis, c’est qu’une histoire d’argent…l’adresse du gars m’a été au consultat de la Birmanie. Ca doit être un minimum officiel…en tout cas, j’espère.

  6. 6
    nicole 

    de toutes façons, donne vite des nouvelles quand tu y arriveras et si tu peux pendant que tu y es. C’est pas la Suisse la Birmanie ! Les gars des consulats ne sont pas meilleurs que dans la rue… on connaît que bakchich et même comme ça ça craint. Attention à toi, Bisou

  7. 7
    sid 

    @Nicole : Voilà, je suis toujours vivant…le passage de la frontière a été un peu tendu, mais on y est arrivé. Une fois à l’intérieur, tout se passe bien. Les Birmans sont très gentils…je te laisse lire mon dernier post à ce sujet.

  8. 8
    Eric 

    Et ben le camélia hôtel… Le consulat du Laos était dedans en 1997. Une année avant l’ouverture au tourisme, on a eu notre visa de transit en 2-3 jours! Que de souvenir!

Leave a Reply » Log in