Friday, June 19th, 2009 | Author:

Après une des journées les plus gloques de ma vie (article en préparation), j’ai décidé de continuer l’aventure en motocross à travers les régions reculées du nord-est du Cambodge : provinces du Mondolkiri et du Ratanakiri. Des noms magiques qui rythment avec aventure et liberté ! En effet, ces provinces se trouvent dans des régions montagneuses, à près de 1’000 mètres d’altitude. Peu de personnes y vivent, et surtout certaines “routes” d’accès sont en mauvais état, voir inexistantes. Selon le guide du Lonely Planet, le trajet est déconseillé pendant la saison des pluies, même aux motards expérimentés.
Mais malgré le fait qu’on se trouve en saison des pluies (il pleut effectivement chaque jour), mon collègue et moi-même avons décidés de relever le défit (qui aurait pensé le contraire !), un défit de taille après seulement notre PREMIERE journée à moto deux jours auparavent.

Location des motos au même endroit que la première fois, je pars avec le strict minimum, deux petits sacs à dos (un acheté pour l’occasion au marché central de Phnom Penh) avec des affaires pour une dizaines de jours. La préparation des sacs a été longue et laborieuse, n’ayant clairement pas assez de place par rapport aux affaires nécessaires.

IMG_0002

Plus 120 km parcourus pour arriver finalement à ma première destination, Kompong Cham, en quelque sorte la portée d’entrée vers un Cambodge préservé. Un premier trajet difficile, entre une conduite très différente de la notre, et surtout la pluie (encore elle !) à de nombreuses reprises. C’est donc trempé que j’arrive à destination. Motard, c’est clairement un style de vie, surtout dans ces conditions là !

Dès mon arrivée, le but est clair : essayer de faire sécher mes affaires, tout spécialement mes chaussures détrempées. Etant dans l’impossibilité de trouver des journaux, je me rabats sur du papier tout-ménage trouvé par chance dans un magasin de rue.
Puis, crevé par cette première journée, je m’endors vers 21h, après une petite bière bien méritée au bord du Mékong, dans cette petite et paisible ville de province.

Le lendemain matin, debout 6h, puis départ à 7h avec comme destination intermédiaire Snuol, à 135 km de Kompong Cham. Puis petite pause dans un restaurant local où un des seuls locaux parlant l’anglais est venu discuté avec nous. Quelques minutes plus tard, retour sur ma moto afin de ralier Sen Monorom par l’une des routes les plus mauvaises du pays. Sans le savoir, c’est aussi le début d’une galère épouvantable…

Les premiers kilomètres se passent relativement bien, la route caillouteuse permet de drainer l’eau et donc de rouler correctement. Seuls de nombreux arrêts sont nécessaires afin d’éviter d’être tremper, ce qui permet par la même occasion de faire quelques pauses.
La première galère, évitable, arrive lorsque mon collègue perd une partie de ses affaires (affaires bien entendues mal attachées) en route sans s’en apercevoir. Et quelques centaines de mètres plus loin, une chute à vive allure est évitée de justesse. Une des chambres à air de rechange vient de se bloquer dans la chaine de sa moto, entrainant le blocage immédiat de sa roue arrière.
Dans son malheur, en plus d’avoir éviter une chute terrible, il a beaucoup de chance. L’événement se produit en plein coeur d’un village, où presque tous les habitants sont venus voir ce qu’il se passait. Parmis eux, un mécanicien sur moto (comme il en existe beaucoup dans le pays) permet à mon collègue de repartir, après avoir réussi à enlever la chambre à air coinsée entre la chaine et le moteur.
C’est dans ce genre de situation où l’on voit la gentilesse de ces gens, toujours enchantés de venir vous aider. Un moment inoubliable !

IMG_8188IMG_8190

IMG_4784 

Je repars quelques minutes plus tard, en me disant qu’on est passé à côté d’une catastrophe. Cela me rappelle aussi que les premiers hôpitaux se trouvent à Phnom Penh, à plus de 6 heures de route. Et qu’en plus, pour les cas graves, une évacuation vers Bangkok est nécessaire afin de trouver un hôpital aux standards occidentaux…autant dire qu’il ne faut pas quelque chose arrive !

Mais c’est aussi le début d’une galère sans fin : des routes pratiquement inexistantes à travers la jungle, où la pluie abondante les a rendues impraticables, sauf pour de vrais 4×4, et encore. Entre des routes extrèmement glissantes et des champs de boue, la circluation en moto ne peut s’effectuer sans accients. Des chutes à de nombreuses reprises me rappellent que nous aurions peut-être (même surement) du suivre les conseils du Lonely Planet…

IMG_9995IMG_4790 

Au final, après plus de 6 heures de galère, nous arrivons, heureux mais avec un moral proche de zéro, à Sen Monorom, notre destination du jour. Mais pas sans mal et blessures du aux chutes :

  • Pour mon collègue, genou ouvert et frein avant à moitié cassé
  • Et pour moi, mal à la main droite et au dos, et frein avant totalement cassé. Je vous laisser imaginer la conduite dans ces conditions, avec comme seul frein, le frein au pied. Et dire que c’était seulement ma troisième journée à moto !
Category: Cambodia, World Tour
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

No Responses

  1. 1
    Thao 

    Oh my god… the road in the last pic is extremely terrible. I’ve never ridden on such kind of road. I really don’t wanna try. I can image how difficult to ride your motor bike on this road. You’re brave !!! Please take care yourselves !!!

  2. 2
    bruno 

    bah franchement je vous admire ! faut etre perseverant pour rouler en moto sur de si longues distances et dans la boue. vous avez de la chance de n’avoir eus “que” ces incidents et blessures… mais maintenant vous êtes prêts pour le paris dakar moto !

  3. 3
    céline 

    Ouais effectivement, chapeau, si je peux dire 😉 ça devait être vraiment rock’n’roll!! Tant mieux que vous soyez arrivés à peu près sains et saufs 🙂

    Bisous et à bientôt

  4. 4
    Thal 

    Bande d’inconscients !! la prise de risque doit-elle être félicitée ?!….mmmmh, j’hésite.
    Tu mets le suspense concernant cette journée glauque, que s’est-il passé? Rien de grave j’espère.

    Sinon je tenais à te dire que j’avais enfin essayé moi aussi le FAMEUX-FAMOUS canapé-lit de Juliette cette nuit et… il est vraiment fanstastique, j’ai super bien dormi….peut-être parce qu’il était 4h du mat passées et qu’on avait fait nos roots à danser sur du reggae dans un environnement quelque peu caillouteux ! hehe.

    Bises!

  5. 5
    nicole 

    salut mon grand,

    Profite de ta jeunesse car plus tard, ton dos ne te permettra peut-être plus de rouler à moto dans ces conditions mais toutefois fais quand même attention car il n’y a pas les HUG là bas, même si ce n’est pas super ici !!! Bisou et donne vite de tes nouvelles

  6. 6
    SED 

    Ohh, mais quel aventurier !! Indiana Jones, à côté, c’est un rigolo !! A ta place, j’essaierais de déposer un brevet pour tes aventures. Afin d’être sur que si un producteur hollywoodien qui tombait sur tes récits, il n’en fasse pas un film a succès, et ce, sur ton dos ;o))

    Pas mal, en plus de découvrir du pays, tu découvres la moto !! Fais attention, tu risques d’y prendre goût ….

    Sinon, continue à nous faire rêver, bonne route !!

    SED

  7. 7
    sid 

    @ Thao : Driving was difficult, but we drove slowly, so not so dangerous.

    @ Bruno : Le Dakar hehe c’est quand tu fais ce genre de trajet que tu réalises que les gars c’est vraiment des fous…

    @ Céline : sains et saufs, mais avec quelques blessures quand même. Mais voyager c’est pas sans risques. Bon voyage en Thailande !

    @ Thal : la journée glauque arrive, demain normalement. Rien de grave, juste un sentiment très bizarre, tu comprenderas sous peu.

    @ Nicole : c’est pour cela que je suis partit maintenant aussi… Salutations à Pierrot !

    @ SED : Easy la moto…à mon avis, le permis je peux l’avoir sans soucis. Quand tu vois l’état des routes là-bas, c’est le paradis des motards (cross)…avec ta 750 course, tu peux oublier tout de suite 🙂 A tout bientôt sur le blog j’espère !

    Merci à tous pour vos nombreux commentaires, ça fait vraiment plaisir !

Leave a Reply » Log in