Monday, November 09th, 2009 | Author:

Quatre ans après, je suis de retour en Nouvelle-Zélande afin d’y faire quelques randonnées, en anglais trekking ou tramping comme les Néo-Zélandais disent. Lors de mon premier voyage, j’étais resté un peu sur ma faim, car en 4 semaines, il n’est pas possible de visiter les deux îles principales (l’île du nord et l’île du sud) ET de faire des randonnées, sachant que pour effectuer ces randonnées, il faut compter au minimum 4 jours et 3 nuits, voir plus.

A peine arrivé en Nouvelle-Zélande dans l’île du sud (Christchurch), direction le Department of Conservation (plus couramment appelé le DOC, le département qui s’occupe des parcs natinaux) à Queenstown afin de me renseigner sur les différentes randonnées.

Motivé par faire Routeburn track, une des randonnées plus connues en Nouvelle-Zélande avec Kepler track et bien entendu Milford track, car selon les différents échos que j’ai eu durant mon voyage, c’est LA randonnée alpine de Nouvelle-Zélande.
Après quelques minutes à discuter avec une des employées du DOC, j’apprends que des avanches sont possibles, et que par conséquent, une partie de la randonnée est fermée. Alors plutôt que de la fermer complétement, le DOC propose un vol en hélicoptère pour environ 50 NZD afin de franchir par les airs la partie dangereuse. A première vue, cela paraît une bonne idée. Oui mais non ! Je suis (re)venu en Nouvelle-Zélande afin d’y faire des randonnées, et non pas pour prendre l’hélicoptère.

L’hélicoptère, c’est une superbe invention, cela ne fait aucun doute ! Des villages reclués ne pourraient pas exister sans l’hélicoptère (cela existe même Suisse, surtout en hiver à cause de la neige). Et je ne parle même pas des opérations de sauvetages.
Mais en ce qui concerne les loisirs héliportés (ce vol proposé par le DOC en fait partit), mon avis n’est plus le même. Si on prend le cas de l’Europe, beaucoup de pays alpins ont interdits l’héliski par exemple. Seule la Suisse fait (encore) mauvaise élève dans ce domaine.
Alors ce n’est pas parce que je suis en Nouvelle-Zélande que je vais oublier mes convictions. Voyager, c’est aussi respecter notre belle planète (un sujet plus que d’actualité), vous avez surement déjà entendu parlé d’éco-tourisme. Alors la protection de l’environnement fait partit intégrante de mon voyage, surtout depuis que j’ai vu la pollution qu’il peut y avoir dans certains pays d’Asie.

Je m’égarde, l’hélicoptère pourrait faire un article à lui seul, idem pour l’éco-tourisme. Peut-être une fois si je trouve du temps…Revenons à nos moutons (expression qui prend tout son sens, en Nouvelle-Zélande, avec ses 40 à 50 millions de moutons, soit environ 10 fois plus que le nombre d’habitants).

J’ai finalement choisi de faire une autre randonnée, moins alpine, mais aussi beaucoup moins chère (je reviendrai sur le business des randonnées dans ce pays dans un prochain article) : Greenstone & Caples tracks. Une randonnée qu’il est possible de faire en 4 jours et 3 nuits.

# Jour 1

Trajet en bus au départ de Queenstown, puis en bateau depuis Glenorchy sur un magnifique lac, le lac Wakapitu.

IMG_1302

Après environ 2 heures de trajet, j’arrive au point de départ de ma randonnée (qui sera aussi la fin, puisque cette randonnée est en fait une boucle).

IMG_1306

La première journée consiste à longer la rivère Caples sur des sentiers forestiers au coeur d’une belle vallée avec quelques plaines où les seuls habitants sont des moutons. Ne voulant pas m’arrêter à la première hute (Mid-Caples Hut), je décide de marcher à un bon rythme comme j’aime tant le faire pour rejoindre la seconde hute (Upper Caples Hut) afin d’y passer ma première nuit. 

IMG_1320

IMG_1348

Le soir, je recontre  une équipe de 5 Néo-Zélandais, le père (la septantaine) et quatres de ses huits enfants (entre 30 et 40 ans). J’apprends que chaque année, lui et ses garçons, font une randonnée. Ca fait des années que c’est comme cela, c’est une bonne occasion de revoir tout le monde et de passer du temps ensemble. Excellente idée je trouve.

# Jour 2

Comme à mon habitude, je suis toujours le dernier à quitter la hute le matin. Parce que j’aime bien dormir, mais pas seulement. Marchant plus vite que la grande majorité des gens, je peux me permettre de partir, même deux heures après et d’arriver parmi les premiers. Je suis en règle général 20 et 30% plus rapide que la moyenne des temps indiqués, ce pourcentage pouvant monter jusqu’à 50% lorsque la marche du jour comporte du dénivelé.
Et justement cette deuxième journée est clairement la plus longue et la plus dure physiquement. Au programme, entre 6 et 8 heures de marche, via le col McKellar à 945 mètres d’altitude.
Mais aujourd’hui, je ne suis pas le dernier. Trois Israëliens décident de partir après moi…

IMG_1358

Dès la hute quittée, la randonnée entre dans une luxuriante forêt pour ne plus la quitter jusqu’au sommet. Des magnifiques rivières où il est possible d’y aperçevoir quelques poissons, tellement l’eau est claire.

Première surprise (mais je m’y attendais) de la journée : une pe
tite rivière sans pont qu’il faut traverser. Et oui, la Nouvelle-Zélande c’est aussi. De nombreux rivières sans pont qu’il faut traverser. Lorsqu’il n’a pas plu ou qu’il ne pleut pas, le niveau de l’eau est, en règle général, bas. Ce qui est mon cas avec cette rivière. Aucun danger, mais la certitude d’avoir les chaussures mouillées pour le reste de la journée.
Sur la photo ci-dessous, on peut y aperçevoir un triangle orange qui indique le chemin à suivre. On distingue mal la rivière, tellement l’eau est transparente, mais il y a bien de l’eau.

IMG_1369

Le dénivelé commence à se faire de plus en plus important, tout spécialement à quelques centaines de mètres du sommet. Des chemins à travers la forêt qui comportent pratiquement que des racines, très glissantes où il faut faire tout particulièrement attention si on ne veut pas finir avec une cheville foulée.

Arrivé au col McKellar, je découvre une vue imprenable, entrouée de montagnes aux sommets enneigés. Je profite de cet endroit magnifique pour y prendre quelques forces avec un repas composé de barres de céréales et de fruits secs avant d’attaquer la partie la plus difficile de la journée : la descente vers le lac McKellar.

IMG_1394

Une descente assez dangereuse, où le pourcentage est encore plus important que la montée et dont le chemin est composé uniquement de racines très très glissantes. Après plus d’une heure  et demi de marche, j’arrive finalement au pied du lac. Un endroit détrempé, où de nombreux cours d’eau sont présents pouvant devenir impassable en cas de forte pluie. Mais cette fois-ci, le météo est avec moi : pas de pluie. Même si vos chaussures ont eu le temps de sécher un peu lors des dernières heures de marche, soyez sûr qu’une fois arrivé au lac McKellar, elles seront de nouveau mouillées !

IMG_1407

Une fois sortit de la forêt, je découvre le lac McKellar, et surtout une nouvelle vallée, la Greenstone Valley. Une vue magnifique, il manquerait plus qu’un ciel bleu…

IMG_1416

Et comme souvent, je suis le premier à arriver à la hute. Quelques tartines de Nutella avec une bonne (n’allez pas croire que je transporte du lait fraîs avec moi, mon sac étant déjà assez lourd comme ça…du lait en poudre fait très bien l’affaire, surtout parce que je ne peux pas boire un chocolat chaud à base d’eau) Ovomaltine en guise de récompense !

Le soir, je rencontre de nouveau les 5 Néo-Zélandais avec qui je partage quelques verres de wiskey. Et surtout, j’apprends que j’ai un nouveau prénom (voir même une nouvelle famille) : Dave ! Ce que je n’avais pas compris le premier soir, c’est qu’un des fils n’est présent. Ils ne sont pas seulement 4, mais 5 fils (et 3 filles) en réalité. Le 5ème, habitant Singapour, n’a pas pu se libérer cette année pour venir faire la randonnée. Et comme je lui ressemble comme deux goûtes d’eau, le père a décidé de m’appeler comme son fils, Dave.

# Jour 3

Le lendemain matin, juste avant de partir de la hute, nous avons fait une photo de famille 🙂

IMG_1435

 

En partant de la hute, je découvre un grand ciel bleu, et surtout une occasion à ne pas manquer pour faire de belles photos. La vallée de Grenestone dans toute sa beauté !

IMG_1447  IMG_1454

IMG_1467

IMG_1523

Plus de 5 heures de marche dans cette splendine vallée, tout seul, sans personne, avec comme musique du fond le bruit du vent et de l’eau…que voulez-vous de mieux ?

Le soir venu, juste avant la tombée de la nuit, je vois revenir 3 des fils. Une heure tardive, tout spécialement pour eux, qui sont normalement de bons marcheurs. Le mot d’ordre de la journée était : pêcher ! Et c’est justement pour cela qu’ils sont arrivés tard, profitant de l’eau claire de la rivière Greenstone pour pêcher, une de leurs passions.
Au final, ils sont rentrés avec une très belle et grande truite saumonée (à faire rêver quelqu’un que je connais très bien). A l’heure du dîner, j’ai même eu le privilège, étant un membre de la famille, de goûter ce poisson. Et je peux vous dire, une truite pareille, à peine sortir des eaux claires de la rivière, c’est simplement délicieux !    

 

IMG_1548 

# Jour 4

La dernière journée est assez courte, avec un retour au point de départ via des plaines verdoyantes, toujours sous un grand ciel bleu !

IMG_1550

IMG_1551

 

Au final, c’est une magnifique randonnée dans des décors de rêve, où les locaux sont encore présents sur les sentiers. Et ça, ça fait plaisir à voir, surtout lorsqu’ils sont d’une gentillesse pareille. Un grand merci à eux qui ont mon quoditien durant 4 journées inoubliables !

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

No Responses

  1. 1
    Sed 

    Je crois que je connais la personne qui va baver sur cette truite 😉 même deux si on compte Gégé! Quand j’avais pris son sac il s’amusait à faire des mirco-filet de perches qu’il avait pêché dans le lac;o) je t’explique pas ca m’a bien fait marrer.

    Bon sinon on est décembre et y a rien depuis bientôt 1 mois!…
    Mmmmmouais….

    Aller bon courage pour le dernier contient! et vivement 2010 qu’on se retrouve.
    +

    Sed

  2. 2
    sid 

    @ Sed : Jéjé fait de la pêche maintenant…j’ai manqué un épisode, c’est certain 😉
    Nouvel article online…restez connectés, deux articles de plus (au moins) d’ici la fin de semaine !

  3. 3
    Jeuyl 

    Mouais y a du laisser aller sur ce blog! Un mois sans nouvelles… Mais comme le post fait de nouveau bien rêver, te voilà tout pardonné!

    Ca m’a donné envie de prendre mes chaussures de rando et de partir en montagne ;o) Avant de me rappeler qu’il faisait déjà nuit et qu’en plus il y a de la neige partout.

    Ton niveau d’entraînement m’impressionne! On va pas plus pouvoir te suivre en balade!

    Allez take care et merci pour la superbe carte!

  4. 4
    Jeuyl 

    Dave… c’est pas mal mais je préférais “mister Noname”!

  5. 5
    sid 

    @ Jeuyl : Ou est-ce que tu vois un mois sans nouvelles ? Y a des posts toutes les semaines, voir deux semaines !
    Pour la rando, il faudra attendre le printemps. On ira faire des randos, quand je pense à toutes les randos possibles en Suisse…Ma condition physique est pas trop mal, encore perdu quelques kilo, mais chute, sinon je connais qq1 qui sera pas très contente 😉
    Mister Noname c’est une longue longue histoire, et à vrai dire, j’aime beaucoup, surtout en Asie 😉

  6. 6
    Jeuyl 

    Quand on triche sur les dates, c’est sûr que ça fait plus régulier… enfin je dis ça, je dis rien ;o) Grâce à FB, on reste au courant quand-même. Enfin Dieu seul sait où je serai ce printemps mais avec un peu d’organisation, on devrait arriver à se faire quelques randos en Suisse, en France ou ailleurs! Profite bien de tes derniers jours en Océanie (mais bon vu ton comment sur la nightlife de Sydney, je m’inquiète pas trop!)

  7. 7
    sid 

    @ Jeuyl : Je triche pas sur les dates…qu’est-ce qui te fait croire ca ?!? 🙂 Dernière nuit en Océanie avant de m’envoler sur un nouveau contient.
    Et oui, la nightlife et Sydney, c’est quelque chose qui vaut, vraiment, le détour…

  1. […] Monday, November 16th, 2009 | Author: sid Après un échec avec la randonnée Routeburn Track, j’ai voulu retenté le coup avec une seconde randonnée alpine, Kepler Track. Nouvelle […]

Leave a Reply » Log in