Tuesday, January 05th, 2010 | Author:

Qui n’a jamais entendu parlé  de Torres Del Paine au Chili, le parc national le plus connu du pays, voir d’Amérique du Sud ? Un endroit très populaire pour y faire des randonnées d’une journée (une ballade en quelques sortes), de quelques jours ou voir même d’une semaine (ou plus). Qui dit populaire qui malheureusement touristique, surtout en haute saison. Et justement, on est en haute saison, voir en très haute saison avec cette période de fêtes de fin d’année.

Mais peu importe le monde, car il est toujours possible d’éviter la foule, surtout lorsqu’on sort des sentiers battus. Et comme vous pouvez l’imaginer, c’est bien ce que je compte faire, étonnant non ?

Revenons sur les différentes randonnées qu’il est possible d’y faire. Il y a deux ballades d’un jour, l’une facile, l’autre réserver aux personnes qui ne marchent pas pour la première fois. Puis il y a le parcours le plus connu, appelé “W” (simplement parce qu’il ressemble à un W). Une randonnée pouvant se faire en 3, 4 ou 5 jours. La majorité des gens la fait en 4 jours. Une randonnée pouvant être assez facile, car si l’on veut, il est possible de prendre qu’un petit sac à dos avec. Devenue tellement populaire, on trouve des hotels avec restaurants (même un hotel de luxe à plus de 2’000 USD la nuit !), des refuges louant tout ce que vous voulez, et des petits magasins vendant de la nourriture. Autant dire, si vous avez de la l’argent, le “W” peut se faire en mode ballade du dimanche. Mais est-ce encore de la randonnée (trekking) à ce stade là ?

La dernière, appelé Paine Circuit, est une randonnée annoncé de 8 jours et 7 nuits. Le parcours fait une boucle, en passant par les régions reculées du parc puis en revenant sur le parcours du fameux “W”. Et surtout le Paine Circuit traverse une partie montagneuse, physiquement difficile, surtout si vous êtes lourdement chargé, sans oublier le facteur conditions météorologiques qui peuvent rendre ce passage infranchissable. Avis aux amateurs.

Maintenant que vous savez tout sur les différents parcours du Torres Del Paine, je vous laisse deviner la randonnée que j’ai choisie…

C’est partit pour 8 jours et 7 nuit au coeur du Torres de Paine !

# Jour 1

Après une longue préparation de mon sac à dos le jour précédent, tout spécialement en ce qui concerne la nourriture, j’arrive à l’entrée du parc. Et là, comme prévu, il faut passer à la caisse. 15’000 pesos chiliens (soit 30 CHF) de droit d’entrée. Cher, car selon ce même gouvernement, cet argent sert aussi à financer les autres parcs nationaux du pays, beaucoup moins populaire. Je ne sais pas pourquoi, je n’y crois que moyennement…

A 11h, je me mets enfin en route, accompagné de Jean-Baptiste, direction le premier camping du jour, Seron. Parcours facile effectué en 3 heures, en longeant la Rio Paine (une rivière).

IMG_3022

Arrivé à un sympatique et relaxant camping, j’effectue une petite pause accompagné d’un point carte. Après discussion, je décide de continuer et de faire la deuxième journée dès le premier jour. Les journées sont longues (le couché du soleil étant vers 22h30) et cela permet d’avoir un jour à disposition, au cas où…par exemple lors du fameux passage John Gardner.

 IMG_3026

Dès la remise en route, le temps change radicalement. Fort vent, avec quelques averses…

IMG_3027

Après presque 5 heures plus tard, j’arrive finalement au camping (Dickson), fatigué après plus de 8 heures de marche effective. Une grosse journée, mais qui me permet de faire une grasse matinée le lendemain, et surtout une petite journée. Un grand camping, avec un refuge pour ce qui veulent dormir au chaud et/ou manger un repas (je vous épargne les prix, c’est très très cher !). Vu mon budget, direction le camping avec ma tente, et comme d’habitude ma purée et/ou ma polenta, avec une petite sauce Knor pour donner un peu de goût.

IMG_3034

# Jour 2

Au réveil, à 10 heures, le camping est pratiquement vide. Départ vers 13h, pour une marche annoncée de 4 heures. Pour une fois, le temps estimé est correct, ce qui n’est que rarement le cas. Une deuxième journée de marche pas terrible, rien de spécial à voir à part peut-être un point de vue sur le glacier Los Perros. Et surtout une météo toujours aussi capricieuse.

IMG_3039

Avec tout cela, j’en aurais presque oublié la date du jour, un certain 31 janvier 2009. Et oui, comme voulu, ma fête de l’an se fera dans un camping (Los Perros), hors des sentiers battus du Torres Del Paine et de son “W”. Une petite vingtaine de tentes dans le camping, soit environ 40 personnes. Et toujours un temps médiocre, entre averses et fort vent, ce nouvel an ne restera pas dans les anales. Mais il y a une bonne surprise. Des grillades offertes par l’équipe du camping (soit un afflux de protéines !), cela ne se refuse pas, surtout avant la journée la plus difficile qui m’attend demain.

IMG_3049

Nouveau an oblige, à part quelques personnes qui ont décidés d’aller se coucher comme d’habitude (pour partir tôt le lendemain par exemple…), les autres sont tous restés autour du feu. Occasion de discuter un peu avec certain, donc Peter (aperçu le jour précédent au premier camping), un Anglais d’une soixantaine d’années qui voyage durant plusieurs mois en solitaire en Amérique du Sud. Et il se permet même de faire le grand parcours (mais en dormant et mangeant dans les refuges). Comme quoi,
même à son âge, on peut toujours voyager loin des touristes de base…ca me fera presque rêver 🙂
En cette période de fêtes, c’est aussi l’occasion pour les Chiliens de visiter un peu leur pays, et surtout de prendre l’air frais. Habiter dans une ville polluée comme Santiago, je ferais de même, c’est certain. Et parmi eux (ou elles), un groupe de six Chiliennes, toutes de Santiago ayant de décider de faire la grande boucle. Et heureusement pour moi (et mon pauvre espagnol), toutes savent parler un bon anglais, voir même une, un très bon français.
Un bon moment à découvrir la vie locale et la culture chilienne, différente du grand pays rival, l’Argentine. Très intéressant ! Et venant aussi d’un petit pays, je suis souvent pour les minorités 🙂

 

# Jour 3

Après s’être couché tard, j’ai décidé de mettre un réveil tardif, histoire d’avoir une bonne nuit de repos. Peu importe l’heure de départ, sachant que de toute façon, j’arriverai avant les premiers, même partit deux heures plutôt, surtout lors de ces journées difficiles, avec un fort dénivelé.

Dès le départ du camping, ça grimpe, beaucoup. D’abord dans un terrain très boueux (parfois jusqu’aux genoux), où il est difficile d’avancer. Et déjà là, je rattrappe un premier groupe partit une bonne demie-heure auparavant. Puis le chemin devient rocailleux, où il est beaucoup facile de marcher. Après un peu plus qu’une heure de marche, j’attaque le final, toujours accompagné de JB. Un final au fort dénivelé, entièrement dans la neige. Le premier groupe, partit plus de 2 heures avant, sont rejoint juste avant le col John Gardner. Au sommet, des fortes raffales, un ciel couvert (dommage pour les photos) mais heureusement pas de pluie (ou de neige).

IMG_3055

De l’autre côté du col, une vue splendide sur un immense glacier, Glaciar Grey. Ce glacier me rappelle un peu un autre glacier, mais en Suisse, celui de l’Aletsch, un long glacier qu’il possible de longer avec une superbe vue.

IMG_3069

IMG_3077

Durant plusieurs heures, le chemin longe le glacier, avec des vues imprenables. Grandiose, malgré une faible lumière du aux nuages.
En un peu plus de trois heures, j’arrive au prochain camping (Paso). Comme d’habitude un point carte, cette fois-ci accompagné d’un bon chocolat chaud. Je regarde ma montre, et il n’est que 14h. Avec JB, on décide de continuer, d’attaquer la cinquième journée (selon le planning proposé dans le Lonely Planet – Trekking in the Patagonian Andes), histoire de rejoindre le prochain camping, Los Guardas citué à normalement 3 heures de marche. Je dis normalement, car ce parcours sera fait en à peine plus qu’une heure ! Et rebelote, pause avec un rapide point carte pour s’apercevoir qu’on peut tirer jusqu’au prochain camping (Grey), un camping payant contrairement aux deux précédents.

Au final, après 22 kilomètres de marche, on arrive en fin d’après-midi à la destination du jour. Un camping se situe à la fin du glacier Grey, où il est possible de le voir se jeter dans un lac, du même nom.

IMG_3094

IMG_3099

Très imprésionnant, surtout lorsqu’on réalise la taille de du glacier (grâce un bateau de touristes passant par là, un point minuscule navigant).
En arrivant au camping, j’ai une confirmation de ce que j’avais lu et entendu. Le camping Grey signifie, le début (ou la fin) du fameux “W”, ce parcours tant populaire. Et autant, il y a beaucoup, beaucoup de monde, à point qu’il soit même difficile de trouver une place pour nos tentes respectives. Et je ne parle même pas de la seule douche en fonction du camping, plus de 45 minutes de queue. On est bien sur le “W”, malheureusement.
Par contre, j’ai une très bonne surprise : les retrouvailles de Kim et Erik (une Australienne et un Néo-Zélandais), ayant tout comme moi, quittés leurs emplois respectifs, pour voyager 9 mois en Amérique du sud et en Amérique centrale. Et Erik est, tout comme moi, un grand fan de randonnées. Rencontrés pour la première fois sur la randonnée du parc national de Nahuei Huapi. Puis de nouveau sur ma deuxième randonnée à Fitz Roy, et finalement ici, sur le parcours du “W”. Un couple fort sympatique, avec qui nous avons passé de bons moments. Un grand merci à eux, en espérant peut-être les revoir un jour, en Australie (entre Sydney et Melbourne), ou alors en Europe.

 

# Jour 4

Le lendemain, départ tardif (ça sert à quoi d’arriver à 14h, quand le soleil se couche à après 22h !), destination le camping Italiano. Quelques passages ensoleillés (vous pouvez pas imaginer comme ca fait du bien de prendre un peu de soleil après plusieurs jours à marcher sous la pluie), et enfin une bonne luminosité :

IMG_3121

IMG_3124  IMG_3131 

Mais au vue du nombre de personnes marchant sur cette partie du Torres Del Paine, il faut pratiquement s’arrêter toutes les 5 minutes pour laisser passer quelqu’un venant en sens inverse, ou attendre plusieurs minutes derrière d’autres randonneurs (du dimanche) jusqu’à ce qu’ils veuillent bien vous laisser passer, réalisant qu’il peut aussi y avoir des gens qui marchent plus vite qu’eux. S’il y a un bien quelque chose qui m’irrite, c’est bien ça : ne pas pouvoir marcher à mon rythme ! Croiser 5 à 7 personnes par jour c’est pas la même chose qu’en croiser 5 par minute.

Au camping Italiano, n’ayant pas grand chose à faire, JB et moi-même avons décidés de construire quelques protections contre l’eau, en cas de forte pluie. Ca occupe, en attendant d’aller se coucher.

IMG_3142

# Jour 5

Au programme de la journée, la vallée des Français (Valle del Francés). Une vallée sans grand interêt (peut-être un peu plus si la météo est bonne). L’unique photo de la journée du glacier (Glaciar del Francés) où on peut apercevoir et surtout entendre des avalanches. Un bruit qui retenti dans toute la vallée !

IMG_3145

Au retour, en milieu d’après-midi, je m’interroge sur la suite de la randonnée. Après reflexion, j’aurais aimé continuer jusqu’au prochain camping (Los Cuernos), à seulement deux heures de marche. La raison est simple : afin de gagner un peu de temps sur la journée suivante, où je désire finir la boucle. De son côté, JB désire plutôt rester dans ce même camping, car il aimerait faire le levé du soleil sur Las Torres. Finalement, n’ayant pas le choix à cause de l’unique bruleur et set de cuisine, je choisis de passer une deuxième nuit au même endroit. Le réveil du lendemain se sera donc à l’aube…

 

# Jour 6

Comme prévu, mon réveil sonne à 5h du matin, juste après le levé du soleil. Et pour cause, une longue marche de plus de 30 kilomètres m’attend ! Et oui, contrairement à JB qui désire faire le levé du soleil sur Las Torres (le point de vue de la journée mais aussi et surtout la destination principales des touristes ne désirant marcher qu’une seule journée), je désire finir la randonnée aujourd’hui, avec un retour à Puerto Natales (la ville la plus proche du parc national), le bus de retour partant à 19:45 depuis l’entrée du parc. 
Grosse  nouveauté : un ciel bleu, pour la première fois…il est jamais trop tard, en cette dernière journée !

Le temps de ranger et préparer mes affaires, en prenant un petit-déjeuner, je quitte le camping à 6h15. Destination : le point de vue Las Torres, au pied des trois fameux tours que sont Torre Sur, Torre Central et Torre Norte. Une belle marche, d’abord le long du Lago Nordenskjold où mon appareil photo demande qu’à prendre des photos. Une lumière presque parfaite, admirez plutôt.

IMG_3158

IMG_3163

IMG_3165 

IMG_3169

Puis je coupe à travers un très joli sentier, pas encore officiel, afin de rejoindre le coeur de la vallée Ascencio. Une vallée qui porte bien son nom : ca monte depuis le début jusqu’à la fin. Une journée qui commence très bien, une météo superbe, dee très beaux paysages et surtout je croise les premiers randonneurs un peu avant 9h. Soit pratiquement 3 heures de marche, sans être dérangé. Que du bonheur, comme dirait certain !

IMG_3173

IMG_3174 

En alentour de la mi-journée, j’arrive au point vue, en quelque sorte le clou de la randonnée. Trois magnifiques tours, avec à leur pied, un petit lac, toujours sous un beau soleil, les quelques nuages permettant de faire de très belles photos.

IMG_3183

IMG_3188

IMG_3192

J’en profite pour faire une petite sieste bien méritée sur un rocher au soleil dans cet endroit fabuleux. Au moment d’attaquer le chemin inverse jusqu’à l’entrée du parc, je regarde ma montre, il n’est que 13h. Avec un temps de descente estimé à environ 2 heures, il me reste beaucoup de temps. En redescend, je crois JB faisant la sieste au camping Torres. Petit repas où je rencontre un Genevois, aussi en voyage pour plusieurs mois, ayant fait la fin de son école obligatoire dans la même école que moi. Il connait même certaines personnes de mon village…comme quoi, le monde est petit !

IMG_3198

18h30, soit après 11 heures de marche effective, j’arrive à l’entrée du parc. Une dernière attente d’une heure avant de retrouver un lit, et surtout de la nourriture fraîche !

Au final, le parc national du Torres Del Paine restera un très bon souvenir. Avec deux jours d’avance sur le planning du Lonely Planet, j’ai effectué le boucle, side trips compris, en 6 jours. A mon avis, il est même possible de faire cette randonnée en 5 jours un bon randonneur, tout en profitant du payage.
La meilleure partie est certainement ma troisième journée, hors du sentier du “W” (et c’est très bien comme ca), ce fameux passage John Gardner avec vue sur le glacier a tenu toutes ses promesses. Dommage pour le temps et surtout pour vous lecteurs, les photos n’étant pas terribles. Mais peu importe, les images sont là, graver à jamais (ou presque) dans ma mémoire !

Si je peux donner qu’un conseil aux prochains randonneurs qui n’ont qu’une seule (ou deux) journées, cela serait de partir du camping Grey jusqu’au col John Gardner. Peu de monde et surtout la plus belle partie de parc…le “W” étant trop touristique à mon goût !

Category: Chile, Trekking, World Tour
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

5 Responses

  1. 1
    mapa 

    Bravo pour te dire que ces photos sont magnifiques. Est-ce que j’ai bien vu, vous avez dégusté des cervelas? Quel festin!!
    On est de tout cœur avec vous.
    Bonne continuation.

  2. 2
    Sed 

    Comme quoi y a des jolis coins par la-bas.
    C’est qui le type de l’EIG? je le connais? Vivement de lire la prochaine étape ;o) on se régale à chaque fois.

    Je vais ouvrir une fondation pour te sponsoriser à voyager 😉 ca te tente? :o))

    A+ Bro.

  3. 3
    sid 

    @ Mapa : Festin, oui sur une randonnée oui. Sinon ca vaut pas un bon petit resto 🙂

    @ Sed : je ne pense pas que tu le connaissais…il trainnait avec les hockeyeurs de Satigny, Labhart, Mattieu, …
    Pour la foundation, je suis preneur, n’hésites pas et tiens moi au courant.

  4. 4
    qin 

    Feel the nature of the landscape brought about by the ethereal soul of that blink of an eye. . . Although we can not personally feel, but patterns can go to experience the beauty of it all can not be verbal

  1. […] A JOUR (16/01/2010) : La randonnée du Nouvel An (Torres Del Paine) est aussi en ligne. Enfin à jour…ou presque Category: World Tour You can follow any responses to this […]

Leave a Reply » Log in